Nous avons 95 invités et aucun membre en ligne



La préservation des ressources (sol, eau, plantes, animaux) et l’amélioration de la résilience face au climat des agroécosystèmes (milieux physiques, sociétés humaines et communautés animales) sont inscrites dans les résultats stratégiques attendus de la mise en oeuvre des politiques de développement nationales et régionales de la zone Sahélienne. Ces objectifs vont dans le sens des agendas et conventions internationaux (ODD, accord climat, etc.). La production de connaissance et la mobilisation des structures de recherche, formation et expertise constitue un levier crucial pour l’atteinte de ces objectifs de développement durable.

Au Sahel en général, et au Niger en particulier, l’absence d’une structure de référence en matière de recherche, formation par la recherche et expertise scientifique dans le domaine de la préservation des ressources et l’amélioration de la résilience des écosystèmes constitue un réel obstacle à la mise en œuvre d’actions cohérentes dans ce domaine.

Au plan collaboratif, alors que les structures nationales de recherche du Sud ont une longue expérience de coopération scientifique avec les institutions scientifiques du Nord, les collaborations entre institutions du sud sont restée longtemps limitées.

Il existe de nombreuses initiatives isolées basées sur des approches thématiques, néanmoins insuffisantes pour appréhender de façon globale et intégrative la question de la résilience des agroécosystèmes et de la préservation des ressources.

Bien que faisant l’objet de demandes récurrentes de la part des opérateurs de développement (établissement des situations de référence, suivi et évaluation des mesures d’impact), cette question est souvent traitée par des expertises ponctuelles, inefficaces pour la mise en perspective des compétences et la capitalisation par les institutions d’origine.

Les réseaux existants d’observation environnementaux sont peu connus et insuffisamment valorisés dans une perspective d’aide à la décision. Les innovations méthodologiques et technologiques sont insuffisamment connues et appropriées par les acteurs locaux. A cela s’ajoute des besoins en formation dans les structures publiques nationales à différents niveaux (ingénieurs d’étude, ingénieurs de recherche, docteurs) qui ne sont que partiellement traités par l’offre existante.

Face à ces constats, un ensemble d’institutions de recherche pour le développement, issues du Sud comme du Nord, a pris l’initiative de créer la structure fédérative de recherches RACINES. Celle-ci vise à renforcer les impacts de la science sur le développement à travers la conduite d’actions de recherche, de formation et d’expertise au service des populations du Sahel.

CONTACTS

SFR RACINES

c/o Institut Français de Recherche pour le Développement (IRD)

276 avenue Maradi

BP 11416 Niamey NIGER

Nous contacter : sfr.racines@gmail.com

JSN Boot template designed by JoomlaShine.com